C'est en 1946 que le Docteur Lacoste et M. Michalon de l'Association Départementale des Déportés du Travail de la Loire décident, avec le soutient de l'industriel Paul Grousset, de créer le circuit du Forez, un événement sans précédent sur la commune : le troisième grand prix automobile de l'après guerre.
Passionnés, ces trois hommes annoncent une épreuve automobile qu'ils souhaitent de grande envergure.

Le Comité du Forez, sous le contrôle de l'Automobile Club du Forez, avec le concours de l'Agaci, retient un circuit de 4,757 km, s'étendant entre la gare d'Andrézieux, le carrefour de St-Just-sur-Loire et la gare de St-just. Quelque mois seulement séparent cette décision de la date retenue pour l'événement.
Car, au lendemain de la guerre, c'est bien d'un véritable événement qu'il s'agit.

Il faut tout créer, le circuit, les abords, les équipements du public et sa sécurité, les accès, l'information et bien sur, le plateau.
Deux épreuves se dérouleront pour les motos, amateurs et professionnels, deux pour les autos, 25 tours (118.930 km) pour les petites cylindrées, 30 tours (142.716 km) pour les grosses.

Le pesage des voitures et les essais permettront au public de découvrir la Bugatti de Maurice Trintignant, les Maserati de Raymond Sommer,Toulo de Graffenried et Henri Louveau, la DB de René Bonnet les Delahaye d'Eugène Chaboud et de Charles Pozzi, la Talbot de Louis Rosier, la Simca Gordini d'Amédée Gordini et la MG d'Auguste Veuillet.

Un publique estime a 80000 personnes à assisté à la victoire d'Amédée Gordini sur Simca Gordini en petites cylindrées et à Raymond Sommer sur Maserati en grosses cylindrées.